Compte-rendu du Café Philo du 30 juin 2017, « Les dérives de la peopolisation »

Compte-rendu du Café Philo du 30 juin 2017, « Les dérives de la peopolisation »

Suivant une tradition inaugurée il y a trois ans, la dernière séance du Café Philo La Garde fut musicale : en 2017 c’est le talent de la guitariste Carmen Martinez qui a séduit le public présent.

A l’exception du morceau inaugural, le célèbre « Jeux interdits », ce sont des pièces peu connues qui ont été interprétées par la talentueuse guitariste. Intervenant en préambule, puis à la fin de l’exposé de notre président sur « les dérives de la peopolisation », Carmen a conclu la soirée avec de très belles pièces espagnoles.

L’un des participants a mis en évidence l’opposition entre le monde souvent factice des images, sur lequel nous avait fait réfléchir Philippe Granarolo, et le monde beaucoup plus authentique de la musique.

Nous étions une bonne vingtaine pour prolonger cet agréable moment autour de la table de l’Auberge en compagnie de Carmen Martinez.

Une fin d’année en apothéose !

La séance à écouter ou réécouter en Podcast :

Retour en images sur la séance :

Les dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisationLes dérives de la peopolisation

Laissez un commentaire