Présentation du Café Philo du 18 octobre 2019, « Umberto Eco et le complotisme »

Présentation du Café Philo du 18 octobre 2019, « Umberto Eco et le complotisme »
Les romans d’Umberto Eco représentent une sorte de machine de guerre anticomplotiste. Mais si le complotisme est un symptôme évident de l’irrationalité de notre temps, il n’en est pas le seul avatar : ses autres ramifications mériteraient d’être examinées avec autant de sévérité.

Sous le terme de « théories du complot », on désigne l’ensemble des discours qui font planer l’ombre d’un « complot cosmique » sur la liberté humaine.

Nous serions manipulés par des sociétés secrètes qui dirigeraient nos moindres faits et gestes, nous rendant complices involontaires ou spectateurs passifs d’une histoire sur laquelle nous n’avons plus la moindre prise. Que penser du succès grandissant que rencontrent ces croyances ?

Faut-il y voir, comme certains l’affirment, le signe annonciateur d’une catastrophe imminente ? Jacobins, nazis et bolcheviques ont utilisé les croyances complotistes pour dissimuler le caractère utopique et irréalisable de leur révolution en offrant au mécontentement de la société des « boucs émissaires » facilement sacrifiables.

Monarchistes, juifs et « ennemis de la Révolution » ont été ainsi accusés de tramer contre l’intérêt général et ont été immolés sur l’autel de la révolution totalitaire.

Sommes-nous, aujourd’hui, à l’aube d’une nouvelle Terreur ? D’un nouvel holocauste ? De nouvelles « purges staliniennes » ?

Ou bien ces craintes font-elles partie des stratégies par lesquelles l’ordre dominant – en exagérant la gravité d’un problème qui est, sans doute, beaucoup moins inquiétant qu’il n’y paraît – parvient à détourner le regard de la société des problèmes majeurs qui assombrissent notre temps mais dont les gardiens de la doxa ne veulent pas parler ?

Pour questionner ce phénomène controversé, nous mettrons à contribution l’œuvre de l’écrivain italien Umberto Eco.

Ses romans représentent une sorte de machine de guerre anticomplotiste.

Nous ferons état de ses arguments, mais nous questionnerons également ses prises de position anticomplotistes en nous interrogeant sur le sens de l’engagement militant dont elles sont l’expression.

Le complotisme, symptôme évident de l’irrationalité de notre temps, n’en est pas le seul avatar : ses autres ramifications (y compris celles qui se nichent dans le modèle économico-politique actuellement dominant) mériteraient d’être examinées avec autant de sévérité.

Le bulletin officiel

Retrouvez dès maintenant le numéro 122 du bulletin officiel de l’association qui sera diffusé à l’occasion de cette séance :

Lire le bulletin officiel en ligne

Pour le télécharger au format PDF, rendez-vous dans la rubrique Bulletins officiels.

L’intervenant : Alessandro Leiduan

Alessandro Leiduan Agrégé d’italien, Alessandro Leiduan est maître de conférences à l’université de Toulon.

Membre du Réseau de Narratologie Francophone (RéNaf), il a été professeur invité à l’université de Mannheim en Allemagne.

Traducteur de l’ouvrage Encore Marx, le spectre qui revient du philosophe italien Diego Fusaro (2018), ses travaux portent sur la littérature, le cinéma et la théorie du récit.

Il a récemment publié Umberto Eco et les théories du complot. Contre le complotisme. Au-delà de l’anticomplotisme aux éditions Ovadia (2019).

Il animera ce soir pour la première fois une séance du Café Philo La Garde.

Laissez un commentaire