Présentation du Café Philo du 06 mars 2020, « Le désir heureux »

Présentation du Café Philo du 06 mars 2020, « Le désir heureux »
Parce que le désir révèle un manque, il a été le plus souvent considéré comme malheureux ou du moins comme indice de souffrance. Mais le désir, parce qu’à travers lui j’affirme ma puissance d’être, n’a-t-il pas aussi une dimension heureuse ?

Lorsque nous désirons, nous avons hâte d’obtenir satisfaction. Nous attendons le bonheur plutôt du résultat que du mouvement vers l’objet du désir.

Nous avons l’habitude de penser que seul l’accomplissement de nos désirs nous rendra heureux. Et pourtant, nous constatons que bien souvent la déception fait suite au plaisir.

Ne serions-nous pas plus heureux avant, comme les enfants qui sont tout excités à l’approche de Noël ? Mais alors, il faudrait désirer sans vouloir réaliser ses désirs…

Finalement, ne serait-ce pas le désir lui-même qui serait source de bonheur ? C’est la thèse que défend Rousseau qui considère que seul le désir est heureux ; il en déduit qu’il ne faut pas chercher à posséder ce qu’on désire et que l’on doit se contenter de rêver. Mais cette réponse ne consiste-t-elle pas à nous proposer l’impuissance ?

À l’opposé, Schopenhauer pense que le désir est malheureux, précisément parce qu’on désire être heureux.

Selon lui, il faudrait renoncer à vouloir être heureux. Mais cela semble bien impossible, tant le désir d’être heureux est naturel à l’homme.

Entre ces deux extrêmes, nous avons à réfléchir à ce qui fait participer le désir au bonheur, car si le désir ne peut certes pas se confondre avec le bonheur, il ne saurait le chercher s’il n’en participait pas déjà.

Une dernière piste consisterait à discerner nos désirs et les purifier. Mais sur quels principes ? Faut-il soumettre les désirs à de grands idéaux ? Ou faut-il au contraire les en libérer ?

Comment faire en sorte que nos désirs soient heureux, ou en tout cas soient des étapes nécessaires sur la voie du bonheur ?

Le bulletin officiel

Retrouvez dès maintenant le numéro 127 du bulletin officiel de l’association qui sera diffusé à l’occasion de cette séance :

Lire le bulletin officiel en ligne

Pour le télécharger au format PDF, rendez-vous dans la rubrique Bulletins officiels.

L’intervenant : Michel Ferrandi

Michel Ferrandi Né en 1963 à Toulon, Michel Ferrandi est professeur agrégé de philosophie au lycée Dumont d’Urville en
classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques et commerciales.

Il est l’auteur de plusieurs livres, dont L’action des créatures (Éditions Téqui, 2003) et Introduction à la philosophie réaliste (Publibook, 2009), ainsi que de nombreux articles sur des sujets divers (métaphysique, éthique, politique).

Michel Ferrandi appartient au courant thomiste et se réclame plus directement de Jacques Maritain, philosophe chrétien qui a marqué le XXème siècle.

Il interviendra ce soir pour la cinquième fois au Café Philo La Garde.

Laissez un commentaire